Logo_dcem_281x104
Chef d’entreprise

Impayés : les éviter ou réagir ?

07 juillet 2020
Impayés : les éviter ou réagir ? - featured image

Les impayés sont l’un des cauchemars du chef d’entreprise : les éviter ou les récupérer, comment ça marche ?

SOMMAIRE

Comment éviter les impayés
Que faire quand on a un impayé

 

Pour près de 50 % des entreprises, le retard de paiement et le défaut de paiement sont les premiers responsables des problèmes de trésorerie (d’après une enquête AGIRIS entreprises menée auprès de 806 personnes du 13 au 20 mai 2020). C’est aussi la 5ème difficulté rencontrée par les dirigeants de TPE dans leur quotidien d’après l’observatoire des TPE de BVA. Alors qu’est-ce qu’on peut faire pour éviter les impayés et comment réagir face à ceux qui sont inévitables ?

Comment éviter les impayés ?

Un impayé est, par définition, une facture qui n’a pas été réglée avant la date de paiement indiquée. Il peut être présumé (si retard ou oubli de paiement, mais aussi parfois litige entre l’entreprise et son créancier) ou constaté (le client est en liquidation judiciaire ou a déposé le bilan).
La première astuce pour éviter les impayés est donc, tout simplement, que votre client règle avant la date d’échéance de sa facture ! Plus facile à écrire qu’à faire, il faut commencer par avoir un suivi régulier de votre facturation (à faire à l’aide de votre outil de facturation). Quand vous êtes au clair sur qui vous doit quoi et quand, vous pouvez contacter votre client, par courrier ou par e-mail, pour lui rappeler que l’échéance de sa facture approche. Attention à garder un ton sympathique, votre client n’est pas encore en retard de paiement. Certains logiciels de gestion commerciale intègrent un système de gestion des impayés avec des relances, n’hésitez pas à vous appuyer sur votre outil !

ae-0720-Impayes-relances-isafact
Capture d'écran de la fonctionnalité de suivi et relance des impayés dans le logiciel ISAFACT


Autre solution pour vous “éviter” les impayés : faire appel à un service d’affacturage ou assurance facture. Le principe est simple, vous déclarez la ou les factures à assurer et une fois la date d’échéance dépassée, si votre client ne vous a pas réglé, la société vous paye la majorité de votre facture (90 % par exemple). La société choisie se charge ensuite de faire le recouvrement auprès de votre client et vous rembourse le pourcentage manquant lorsque que le client l’a payé. En principe, ces sociétés se rémunèrent en prenant un pourcentage du montant de la facture.

Exemple
Pour une société qui se rémunère 1,5 % et prend en charge 90 % de la facture dès que la date d’échéance est dépassée : si vous avez une facture de 2 000 € en impayé, la société vous verse 1 800 € à la date d’échéance, et vous règle le solde de 200 € moins 30 € de commission soit 170 € à réception du remboursement par le client.
Vous ne serez donc payé que 1 970€, mais vous n’aurez pas eu de retard de paiement donc pas de trou de trésorerie (lire l’article Le suivi de trésorerie : la clef d’une bonne gestion au quotidien).

 

Si ces actions n’ont pas fonctionné et que votre client ne vous règle pas en temps et en heure, l’impayé devient considéré. Votre entreprise entre dans une phase de recouvrement, dont la mécanique est juridiquement encadrée.

Que faire quand on a un impayé ?

ae-0720-Impayes-james-bondLa première étape pour la collecte de votre impayé est de passer par un recouvrement amiable.
Concrètement il s’agit de rappeler à votre client qu’il ne vous a pas réglé une facture. Le ton est généralement encore assez cordial : à cette étape on suppose que le client a simplement oublié de régler sa facture. Vous pouvez contacter votre client par courrier, mail ou téléphone, cela vous permettra de garder une bonne relation en cas de simple oubli. Mais si votre client ne réagit pas, le passage au format papier sera nécessaire ne serait-ce que pour garder une trace écrite. Ce courrier peut être renouvelé 2 fois, en durcissant le ton au fur et à mesure. N’oubliez pas : « une fois, c'est un hasard. Deux fois, c'est une coïncidence. La troisième fois, c'est une action ennemie » et ce qui est valable pour James Bond l’est aussi pour votre entreprise !

Si malheureusement la relance amiable ne suffit pas, il vous faudra procéder à un recouvrement judiciaire, plus long, plus compliqué mais obligatoire si votre client ne vous a toujours pas réglé sa dette.
Avant d’en arriver là, la première étape du recouvrement judiciaire est la mise en demeure. Ce courrier, devra être envoyé par courrier recommandé avec accusé de réception. Dans son contenu il prévient votre client que s’il ne se met pas en règle vis-à-vis de vous, il sera cité à comparaître devant le tribunal. Si la mise en demeure peut être envoyée par vous, par un huissier ou un avocat, la citation à comparaître ne peut être faite que par un huissier de justice (elle vaut d’ailleurs elle-même mise en demeure si aucun courrier n’a été fait au préalable). Ce document permet d’introduire l’affaire devant le tribunal et fixe donc une date d’audience. A l’issue de l’audience, si le jugement est en votre faveur, sera délivré un titre exécutoire c’est-à-dire un acte juridique constatant une créance. C’est ce document qui permettra à un huissier de saisir les biens de votre client.

Vous pouvez également faire une demande en injonction de payer auprès du tribunal : il s’agit d’une procédure qui permet aux entreprises qui font face à un (ou des) mauvais payeur(s) d’adresser directement une requête auprès du tribunal au moyen d’un formulaire CERFA n°12948 (et la notice associée n°51156). Après étude de la demande et quelques vérifications par le tribunal (validité des factures, conditions générales de vente, etc.), une ordonnance d’injonction de payer est émise et sans contestation de votre client, un huissier peut alors procéder à sa saisie.

Le chemin pour récupérer son dû à la suite d’un impayé est donc assez complexe, d’où l’importance de bien suivre sa facturation et ses délais de paiements, mais aussi de rappeler rapidement à vos clients qu’ils vous doivent de l’argent.

Gestion commerciale, pilotage d’entreprise… des gros mots qui pour moi révèlent des disciplines passionnantes, dans un environnement qui bouge tout le temps. Mon objectif ? Vous aider à y voir plus clair et être un moteur de réussite pour vous et votre entreprise.
Écrivez votre commentaire :

Restez en veille sur l'actualité de votre métier !